8. Short and Sweets

(Pas de version en français cette fois.
Mais
contactez-moi si vous en souhaitez une!)

watercolor-coffee-cup-3

I don’t know if others are like me, but when I open a blog, it is usually after reading the headline and feeling convinced that this particular topic will be exciting for me. Sometimes it is because of an image, or a name that pops. Anyways… Once I have landed on the page, it takes a few seconds before I figure out if I will actually read. And there are several factors that come into play:

 – Too long, oh, God, way too long!
I read long articles for my studies, I read them when I am forced to do so. Never by choice. So, if it’s too long, it’s too bad!

No bullet points
Immediately related to the point above. I am staring at an endless page (and you know what I mean, Internet pages can go on for a lifetime) of black characters on a white background. Bullet points help me find out if I am actually interested in what is written. You don’t have them, I won’t waste my time.

 – Anti-climax
Also following the above. Something was promised — you know what I mean: “Loose 10Kg in a month in 5 easy steps” kind of promise– and I just can’t see it materializing. So, major turn-off, and bye bye birdy!

As a result, I want to keep my posts short (400 words) and with sweets (images I like).

Blog_Feedback2_EN

What about you? Do you prefer short or long articles? What makes you click? What chases you away? Let me know below or write to me.

#writingebooks #sellingebooks #write #sellbooks #selfpublish #makemoney #writer #blog #reading #blogger

Blog_signature

7. No one reads!

(Pas de version en français cette fois.
Mais
contactez-moi si vous en souhaitez une!)

Maybe it is truly so. Maybe there is so much information out on the web that readers are content just waiting for (good or not) stuff to hit them on the head without going out to search for it. Maybe they are just passively using the platform until something hits the charts, something they should not miss. Maybe, maybe.

As I wrote before, I am done waiting for my books to become best-sellers, for my posts to make the buzz. I am just a tear in the ocean. It is time that I accept this reality.
On Instagram, I get a lot of “like”s but no comments. I guess a lot of people just browse down and click on the picture, maybe don’t even read the words beside it. I am guilty of doing that sometimes when I do not have the possibility to read every post.

I want to change my Instagram strategy. I want to have the clicks that count. Am I being overzealous? Maybe or maybe not. I realized that quite a few people follow me to have one more follower, and I follow them in return, even if they are not really in my area of action. They are not writers, designers, editors, publishers etc. So, we really don’t have much in common.

When I tell people I write, I get the same reaction from most of them. People don’t buy books anymore. People are bombarded with information. People don’t read like they used to. If you ask me, this is all BS. People read and books are sold. Just like before . Just like before too, people read best-sellers, people watch the videos that make the buzz.

Nothing has changed. Just because you and I can now self-publish a book and have it accessible does not mean that readers will access it. It needs a little bit more than that.

I am still looking for what it is that is needed for my books to be bought and read (at least bought, so I can be a full-time writer!), so bear with me.

Blog_Feedback2_EN

What about you? What do you think? How do you advertise your ebooks? How many do you sell? Is it profitable? Let me know below or write to me.

#writingebooks #sellingebooks #write #sellbooks #selfpublish #makemoney #writer

Blog_signature

5. Une nouvelle identité digitale

Mon blog doit être à mon image. Je souhaite aussi écrire sur un format qui me plait esthétiquement.

en  English version here

Les réseaux sociaux permettent de s’exposer. L’expression individuelle se démocratise ainsi. Plus besoin d’être célébre pour avoir une image publique. En prenant conscience de cela, j’en suis venue à me demander quelle image je voulais donner à mon blog. Il est clair pour moi que je dois faire ce travail avant même d’aller plus loin.

La plupart de mes histoires sont des histoires d’amour qui vont intéresser des femmes qui me ressembleront peut-être. Il est également important pour moi d’écrire sur un support qui me plait et qui me fait vibrer. J’aime les couleurs gaies, mais aussi les pastels. J’aime la peinture à l’eau et le romantisme.

Mon blog fait donc peau neuve. Je crée des images avec Canva parce que j’aime ce site que je connais bien et me permet de gagner du temps. J’ai créé une signature et des bannières que je vais utiliser sur mes posts, et j’espère qu’elles vous plairont tout autant qu’elles me plaisent.

Blog_signature

 

 

 

 

 

 

 

 

Liens vers des sites utiles à la création pour site Internet:

http://www.canva.com/ — pour faire des bannières, des pages de couverture, des couvertures de livres même.
http://www.onlygfx.com/ — graphiques gratuits, sans inscription
https://www.kisspng.com — graphiques gratuits avec captcha, mais c’est pas un monde!

4. Ouais, un site, bon Dieu!

en  English version here

La timidité, c’est terminé. Je veux vendre mes livres et j’ai pour cela besoin d’un site Internet qui soit le tremplin de mes actions commerciales.

Je connais pas mal d’auteurs qui, comme je le faisais jusqu’à hier, se posent des questions sur la marche à suivre, la façon de se faire connaître, mais tout en gardant son intégrité, sa créativité, son indépendance, bla-bla-bla. J’ai compris et je préfère vendre mes livres que d’en parler. Voilà tout. C’est mon unique légitimité. Je veux que les choses changent à mon avantage. Alors assez pensé et tergiversé. On casse tout et on recommence!

J’ai commencé à publier mes livres en 2011, plus par accident que par dessein, je dois l’avouer. Sept années plus tard, je vends deux ou trois livres par mois, et je gagne quelques centimes qui, une fois par an, se regroupent comme des petits santons de Provence et payent pour la tenue de mon compte bancaire. C’est du n’importe quoi!
Mais il y a pire… Il y a quelques années, j’ai participé à un projet. J’ai vendu une petite dizaine d’histoires (youpi! Houra!) et deux ans plus tard, j’ai empoché 142 euros après avoir vendu mes histoires 177 fois. Alors, les maths sont vite faits, ça suffit!

attenteJe viens donc de mettre mon site Internet en attente. Après l’analyse méthodique de mes besoins, j’ai réalisé que j’étais trop réservée, trop polie. En clair, je suis trop timide, je ne me mets pas assez en avant. Mon site Internet doit:
1. Me faire connaître pour…
2. Vendre mes livres

Il y a des milliers d’articles qui parlent de la meilleure façon de promouvoir ses livres. J’en ai choisi un qui est aussi pérenne. Je vous fais profiter de mes efforts, pas à pas.

  1. Créer un blog autour du thème de ses ebooks
    J’ai donc créé ce blog pour parler de l’écriture en général, de la lecture et bien entendu de mes livres. C’est dans ce thème que j’évolue.
  2. Créer un landing page pour vendre vos ebooks
    C’est peut-être le plus difficile pour un auteur car il faut se mettre dans la peau d’un acheteur et cela est souvent àl’opposé du processus créatif. Quoi qu’il en soit, c’est un mal pour un bien. La landing page sera intégrée à mon site.
  3. Développer une communauté autour de soi
    Physiquement, bien sûr, cela veut dire aller vers les gens, signer son livre etc. Virtuellement, cela veut dire utiliser les réseaux sociaux pour parler d’écriture, de lecture. Théophile donne ici un très bon conseil “Mieux vaut gérer parfaitement deux réseaux sociaux plutôt que d’essayer d’en gérer dix de façon médiocre ! ” C’est la raison pour laquelle je me limite à non pas deux, mais quatre plate-formes: TWITTERINSTAGRAMFACEBOOK et  WORDPRESS, ce qui est déjà beaucoup de travail.
  4. Valoriser son travail avec les réactions des lecteurs
    Les fameux commentaires. Mon lecteur, tout bombardé d’informations qu’il soit, doit être incité à me laisser un petit mot, parce que ça fait avancer le schmilblic. Je lis des blogs qu’on ne peut pas “liker” (stratégie intéressante) et du coup, si on veut faire passer un message, on doit laisser une phrase de retour. Pas une mauvaise idée, mais je suis parfois coupable de passer mon chemin, surtout si il faut s’inscrire pour laisser sa trace. Mmm, à cogiter, donc.
  5. Parler de son ebook à la presse
    Cela impose de s’assurer avant que le ebook en question tient la route et est entièrement lavé d’impuretés. Sinon, on scie la branche sur laquelle on est assis. Il est facile d’auto-publier un chiffon, mais si on pense à le médiatiser par le biais de la presse, cela force à polir son oeuvre. Une bonne motivation!
  6. Offrir un extrait
    C’est devenu indispensable. Je n’achète jamais un livre sans avoir lu quelques lignes au moins. Je n’achète rien qui soit dans une boite si je ne vois pas l’objet lui-même. Donc oui, oui, oui, des extraits!

Les autres conseils de cet article très intéressant ne sont pas pour moi au départ. Je ne me vois pas lire mon livre en public, mais pourquoi pas plus tard enregistrer un audio-book? Pour ce qui est de le vendre par affiliation, j’ai noté cette bonne idöe sur mon carnet.

 

 

4. F*¢k yeah! A website!

franceVersion en français ici

I’m done with being shy and nervous about wanting to sell my books! This is history! I now want my website to be a springboard towards selling.

I know quite a few writers who, just like I did yesterday, wondered about the right way to get famous, still preserving their integrity, their creativity, their independence… Yada yada… I got it now, and I sincerely prefer to sell my books than talk about them. This is where I stand. I want things to change to my advantage. Enough huffing and puffing. Tabula rasa!

I auto-published my first ebook in 2011, rather unintentionally, I must admit. Seven years later, I sell two or three books per month, I earn a few cents. Once a year, these few cents have a party and pay for my bank fees. That’s rubbish!
And there is more… A few years back, I took part in a project. I sold about 10 short stories (Yey! I was on my way to stardom!). Two years later I cashed in 142 euros after they sold my stories 177 times. So, you do the Maths. Enough is enough!

attenteI just put my website on hold. After an in-depth analysis of my needs, I rrealizedI had been too reserved, to polite. In clear I am too shy, I don’t put myself out there, hence no one sees me. My website will:
1. Help me get known to…
2. Sell my books.

I found hundreds of articles on the best way to promote books, and I chose one, easy, simple and evergreen. These are the steps I have chosen.

  1. Get your digital house in order
    This goes without saying and has been the first step of my digital rebirth. My three social media platforms, three windows into the digital readership are TWITTERINSTAGRAM, and FACEBOOK.
  2. Blog about your topic
    Mission accomplished here with WORDPRESS. I have not “installed WordPress yet, but this will be one of the steps I will take in the next month or so.
  3. Get reviews to showcase the readers’ satisfaction
    The oh-so-coveted comments. This is such an inescapable part of marketing ebooks that I will spend time on it in the next months. I will even write it on my calendar. Book reviews and blog comments go hand in hand. Popularity, influence is the go-to place for my strategy. I read blogs where it is not possible to “Like” and comments are the only option. This is an interesting way of forcing people to leave a trace. With a danger though, at times, I will just run away with a click, above all if I need to sign-up before posting a feedback. Food for thoughts.
  4. Offer an excerpt of the book for free
    Just a glance, a peep. It is now essential. I never buy a book without looking inside, reading a few lines. I also never buy a boxed product without checking the object itself. So, yes, excerpts, please!

The other pieces of advise are certainly interesting but at the moment, not for me. Creating a buzz? Well, if I could do that, I would not be here sweating over my keyboard. I will create a buzz later on, when I have a community, when I have gained influence. Right now, it would buzz only for me. Making a video seems too raw for the time being. Making an audiobook, however, might be enticing. More on that later.

 

3. I have a strategy, then what?

Once a clear strategy is in place, it is crucial to setup an editorial calendar, so that I know where I am going anf how I plan to get there.

franceVersion en français ici

Everything is in place. I have set up the four accounts I planned on each of the social media networks: TWITTER, INSTAGRAM, FACEBOOK and also my blog here on WORDPRESS. I have set up a rule for each network and a generic goal in tune with my overall communication campaign. So, I am clearly stating that, at the moment, my marketing efforts will focus on social media, where I will showcase my work, establish a presence, exchange with other writers and readers, build a community of sorts.

Step number one: calm down! Easy!
I have an issue: I always go too fast or want to go too fast. I am aware of this fact, so I want to take my time, look for a way and chose the right path. Whatever I do has to make sense in the big picture of my development project.

Step number two: hang on, it’s going to be a bumpy ride!
The most exciting part is done: setting the strategy, deciding. Now, it’s time for work, real work. Now, I will have to write posts, and not to forget my books because, without them, this blog and my entire communication strategy make no sense.

Step number three: I need a plan!
I need a set publishing plan. Just like a magazine of a newspaper, my strategy must be supported with an concrete and strict editorial plan which follows seasons, holidays, annual events etc. My favorite tools are GOOGLE SHEETS et TRELLO. There is a plethora of apps and sites to chose from, but this would mean spending some hours understanding their interface and I just do not wish to invest my time in this at the moment. Google Sheets is for me right now the easiest one to use (it is in French, but I am sure one exists in English somewhere. I just edited the tabs at the bottom, because I prefer a monthly view. Trello offers the possibility to set alarms, but this is a bit of a luxury for me at the moment.

calendrier

On each month, I wrote (at the moment, still only in my paper journal, because I need to organize it) the holidays (Easter, Christmas etc.), and the seasons. I also stated when I want to publish micro-stories and the topic for each one. The non-fiction stories are also noted but since many of them are evergreen, I have just randomly placed them on the calendar. I will adjust later on. The goal of these articles is to change them into 30 page-booklets eventually.

Having a plan does not mean that there is no leeway for punctual creativity, of course, but now that I have an idea of the topics I will be researching, I have a reassuring frame.

What do you think of this? Which calendar do you use? Do you find it useful to have a clear plan for the year? Don’t hesitate to leave a comment or write me.

3. J’ai une stratégie, et maintenant?

Une fois mise en place une stratégie claire, il est temps de passer au calendrier éditorial, histoire de savoir où je vais et comment j’y vais.

en  English version here

Tout est donc bien en place. J’ai mis en place les comptes de réseaux sociaux que j’ai planifiés: TWITTER, INSTAGRAM, FACEBOOK et ici mon blog sur WORDPRESS. J’ai défini une règle pour chaque réseau et un but général qui est approprié pour l’ensemble de ma campagne. J’annonce donc que, pour le moment, mes efforts en marketing sont uniquement sur les média-sociaux. Je les utilise pour montrer mon travail, établir une présence, échanger avec d’autres auteurs et des lecteurs, construire une communauté en quelque sorte.

Premier pas: on se calme!
Mon principal problème, maintenant que j’y pense, c’est que je veux toujours aller trop vite. J’en suis consciente donc à partir d’aujourd’hui, pas de hâte, je prends mon temps, je cherche et je décide du chemin à suivre. il faut que cela ait du sens pour moi et mon projet de développement.

Deuxième pas: on s’accroche!
Le plus intéressant est fait, le plus excitant, la mise en place, la décision. Maintenant le travail commence, le vrai travail. Il va falloir écrire les posts, mais surtout aussi écrire mes romans, car sans eux, ce blog ou ma stratégie de communication n’ont aucune raison d’être.

Troisième pas: on a un plan!
Il me faut un plan de publications. Tout comme un journal, ma stratégie doit être soutenue par un calendrier éditorial concrêt et strict qui s’accorde aux saisons, aux fêtes, aux occasions annuelles diverses. Mes outils préférés sont GOOGLE SHEETS et TRELLO. Il y a d’autres services, mais cela demande encore quelques heures de familiarisation et je ne souhaite pas investir dans cela en ce moment. Google Sheets est, à mon avis, le plus simple et le plus parlant pour des publications et thèmes mensuels. J’ai simplement édité l’exemple en rajoutant un onglet pour chaque mois. Trello offre la possibilité d’ajouter des alarmes, mais c’est un luxe dont je vais me passer au début.

calendrier

Pour chaque mois, j’ai noté les fêtes incontournables (Pâques, Noël etc.) puis les changements saisonniers. J’ai inscrit les historiettes que je vais publier en épisode, ainsi que le sujet principal. J’ai aussi noté le petit guide général que je vais publier tous les mois et le sujet de mes recherches. Ainsi, en étant déjà fixée sur le sujet, il me suffit de suivre scrupuleusement le plan. Le but est de compiler ces articles dans un mini-guide d’une trentaine de pages lorsque j’aurais assez de matériel.

Avoir un plan ne veut pas dire qu’il n’y a pas de place pour une créativité ponctuelle, bien entendu, mais au moins, je possède un cadre rassurant.

Qu’en pensez-vous? Quel calendrier préférez-vous? Pensez-vous qu’il est nécessaire d’avoir un plan défini pour l’année? N’hésitez pas, laissez-moi un commentaire ou écrivez-moi.

2. Here Tweets Twitter?

Welcome to my Writer’s Journal where you will find my step-by-step journey as I write Something about Hera.

franceVersion en français ici

Twitter has been, since 2006, the Internet-based equivalent of SMS on our mobile phones.  Do you remember the time when if our SMS exceeded a certain amount of words, the provider divided it into two or three messages and charged us for the subsequent number of SMS? Aren’t you glad these times are over?

A “Tweet” is like an SMS. It used to be capped at 140 characters and is now allowing us to send messages that are 280 characters (about 4 lines) maximum. In our perpetual search for new information, I personally find these punchline-like feats to be absolutely convenient and sufficient. The reader understands the message instantly. If there is a need to read further, there will be a link to follow and the reader will be redirected to the full article. No time wasted.

I have had a Twitter page since 2011, and at times, I would post and react, but not very successfully, because I did not have a system in place. Here is my complete TWITTER strategy.

Goal:
Expand my audience and engage my readers.

Follow the hashtags corresponding to my strategy:
For example: #ScribeChat #LitChat #YALit #StorySocial

Connect with writers in my genre and review books: 
I have noted some of the influential authors in my niche, something around the topics of YA Literature, Gay romance mixed with witchcraft: Josh Lanyon, J.L Lagley, Tanya HUff, Mary Calmes, Mercedes Lackey, Cardeno C., Tamora Pierce, Christina Laurens to name but a few.

Once a month, I will look for an indie writer’s book to review.

Talk about interesting events in my genre: 
Pride, contests, book fairs, writing seminars, book signing etc.

I am also interested in TWITSTORIES. This is a special way of using twitter to grow an audience. Everyday for a short period, I would publish an episode of a story. This is an exercise requiring special skills, since the words have to be chosen carefully (because of the word count) and the reader has to be kept exciting enough to come back and look for the sequel at some point the next day.

2. Vous avez dit Twitter?

Bienvenue sur mon Journal d’auteure où je partage mes expériences alors que j’écris La malédiction des Corr.

en  English version here

Twitter est, depuis 2006, l’équivalent sur Internet d’un SMS sur le portable. Vous vous rappelez le temps où on payait pour chaque SMS? Si jamais on dépassait un certain nombre de caractères, le service le partageait en deux, ou trois et on payait pour chaque message individuellement.

Un message Twitter est un SMS qui, à l’origine était limité à 140 caractères, il peut maintenant en compter au maximum 280 (environ 4 lignes). Puisque nous sommes à l’époque de la recherche continuelle d’information où le vite-fait-bien-fait est une pesante réalité, je dois avouer que, en ce qui me concerne, lire des messages de cette longueur a un attrait. On sait de suite ce que l’auteur veut dire. Si d’aventure, son “Tweet” n’était qu’une entrée en matière, il suffira au lecteur aguiché de cliquer sur le lien et il sera ainsi dirigé vers l’article complet. Sinon, on en reste là.

Ma page Twitter a été créée en 2011, et j’ai de temps en temps essayé de m’y remettre, mais sans grande réussite parce que je n’avais pas de système en place. Je vous détaille donc ici ma nouvelle stratégie TWITTER.

But:
Etendre mon audience et engager mes lecteurs.

Suivre les hashtags qui correspondent à ma stratégie:
J’ai noté certains mots-clics qui m’intéressent et que je vais suivre régulièrement.
#ScribeChat #LitChat #YALit #StorySocial

Faire des connections avec les auteurs dans mon genre et donner mon avis sur mes lectures:
C’est un peu compliqué en français car j’ai du mal à trouver des répertoires qui les classent. On trouve facilement les auteurs anglais ou américains traduits en français, mais ce ne sont pas ceux-là que je voudrais atteindre, car ils auront leur place ici.
J’ai trouvé Eric Sagan, qui a un compte Twitter et écrit sans ma catégorie. J’aime Michel Bussi, qui n’est pas dans le même genre que moi, quoi que… C’est donc un bon début.

Proposer à un auteur indépendant de donner mon avis sur son livre une fois par mois.

Diffuser des évènements percutants dans le domaine de la littérature dans mon créneau: 
Les pride, les compétitions, les salons du livre, les séminaires d’écriture, les ventes spéciales, les signatures de livres etc.

Je pense que ma stratégie TWITTER fonctionnera mieux en anglais qu’en français, toutefois il y a quand même des choses qui se passent sur la scène francophone et que j’aimerais essayer, notamment les micro-histoires, un genre de TWITSTORY. Il s’agit de publier chaque jour pendant une ou deux semaines, une histoire en la divisant en micro-histoire de 280 caractères. L’exercice est intéressant car il est nécessaire de réduire l’histoire à des termes alléchants, tout en gardant le lecteur en haleine jusqu’au lendemain. C’est aussi une façon de créer une communauté et d’échanger avec elle.

1. Stratégie réseaux sociaux

Bienvenue sur mon Journal d’auteure où je partage mes expériences alors que j’écris La malédiction des Corr.

en  English version here

J’ai fait des recherches ces derniers jour pour créer une stratégie qui tienne la route. Avant ce jour, j’ai écris des nouvelles, des romans, des ouvrages généraux que j’ai publiés moi-même sur KDP. Après la vague de jubilation qui a suivit la mise en ligne de ces chefs d’oeuvre, j’ai attendu, le regard rivé sur les résultats, me réjouissant de chaque vente solitaire qui m’apparaissait comme une victoire existentielle. Non je n’avais pas perdu mon temps et oui, quelqu’un avait acheté mon livre.

Au fil des mois, qui se sont transformées en années, j’ai galéré, je dois l’avouer. J’ai dépensé de l’argent pour des couvertures qui donnaient à mes publications l’aspect de “vrais livres”. J’ai pris des cours, lu d’autres livres sur le thème du marketing pour auteurs, visionné des dizaines d’heures de vidéos pour comprendre comment les choses marchent. Sept ans plus tard, je vends encore moins de livres qu’à l’époque où j’ai publié mon premier ouvrage sans trop savoir ce que je faisais.

J’ai donc décidé qu’il était temps de changer quelque chose. Internet regorge de possibilités et de sites, blogs, et vlogs plus intéressants les uns que les autres. Dès que j’ouvre ma surface, je me perds en lectures, en visionnages, je me saoûle d’informations et de clic en clic, je m’éloigne de mon propos. Avant de pouvoir réaliser, il est minuit et la journée se termine sans que j’ai avancé d’un centimètre.

Je viens de décider que c’est terminé! Je vais me focaliser sur un but, un seul, mettre les pierres de base pour construire ma stratégie de présence sur le net. Cela passe absolument par une organisation fixe et stricte de mes activités sur les réseaux sociaux, Je la note ici, puisque ces pages sont mon journal. Voici mes 4 étapes:

Identifier mes objectifs: 
Vendre plus de livres.

Construire les fondations / Blog:
Utiliser mon Journal d’auteure (Blog) pour atteindre des lecteurs potentiels, améliorer mon travail et cibler mon travail d’auteure.

Etendre mon audience:
C’est certainement ce qui va venir en dernier dans ma stratégie. Peut-être avec une Newsletter ou un Mailing list. Mais pour le moment, ce n’est pas ma priorité.

Engager mon audience:
Je vais utiliser TWITTER, INSTAGRAM et FACEBOOK. Il y a tellement de possibilités mais après avoir passé des jours à naviguer à droite et à gauche, j’ai réalisé que je ne peux pas tout faire et je ne veux pas tout faire. J’ai tenté REDDIT, mais je n’ai pas aimé, j’ai tenté TUMBLR, mais ce n’est pas mon truc.

En clair, ma stratégie, maintenant mise au point et que je tiens en point de mire est une liste d’actions que je vais entreprendre sur chacun des réseaux sociaux. que j’ai choisis

TWITTER: Pour inspirer les lecteurs. Je vais y parler d’autres auteurs, en alternant français et anglais. Je donnerai mon avis sur mes lectures. C’est également un bon moyen de me forcer à lire. Par contre, je vais rester dans le genre pour lequel j’écris: Fantastique / Romantique / Gay / Erotica / YA. Twitter sera géré en tant que professionnelle mais d’un point de vue personnel (d’où mon opinion sur les livres que je lis).

INSTAGRAM et FACEBOOK: Mes deux réseaux sociaux par excellence. Personnel (Instagram) et professionnel (Instagram et Facebook). Sur Instagram, je vais essayer d’atteindre d’autres auteurs, d’autres professionnels de l’écriture. Je tenterai de contacter des lecteurs, ceux qui publient des avis sur des livres dans mon genre. J’y publierai aussi quelques posts personnels, pour partager avec des fans qui me verront aussi comme une personne humaine. Sur Facebook, je vais présenter les livres que j’écris. Je vais suivre “un” groupe Facebook qui est spécialisé dans la promotion pour auteurs, et je vais être active sur ce groupe tant qu’il est animé et populaire. Je choisis seulement un groupe car sinon, je me perds. Avec un groupe animé, cela fait une bonne cinquantaine de posts à lire chaque jour, et des possibilités de se faire remarquer en y répondant.

WORDPRESS: Mon journal en français pour la rédaction de La malédiction des Corr, et en anglais pour mes notes sur Something about Hera. Mon but est de fidéliser les lecteurs et les amener sur mes autres réseaux sociaux.

Qu’en pensez-vous? Cela vous aide-t-il? Laissez-moi un commentaire ou écrivez moi.